6- Anne honore son vœu,et Elkana respecte ce choix :

Anne exprime son intention d’accomplir le vœu de consacrer son fils à Dieu (v.11). Mais, avant de le présenter devant l’Éternel, elle désire que l’enfant soit sevré(v.22).Elkana est le chef de famille, mais “chef”, ne veut pas dire « dictateur ». C’est pourquoi il répond à sa femme : « Fais ce qui te semblera bon » (v.23).

L’apôtre Pierre, dans sa première épître, insiste sur le respect et la courtoisie du mari vis-à-vis de sa femme (1 Pierre 3.7). Pour l’enfant, le fait de voir ses parents s’aimer, lui apporte sécurité, équilibre et respect. Nul besoin de longues explications pour lui faire comprendre l’amour de Dieu.

Votre enfant voit-il son papa et sa maman heureux et vivant en harmonie ?

 

7- Anne est une maman« à plein temps »:

« Elle resta » à la maison (v.23). Certes, le choix n’est pas toujours facile. A cause de certaines situations, des mamans doivent parfois travailler à l’extérieur pour subvenir aux besoins de la famille. C’est pourquoi ces propos ne se veulent pas culpabilisants. Mais quelle grâce pour l’enfant de voir sa maman à la maison quand il rentre de l’école !

Que voit votre enfant, lorsqu’il revient chez lui : une maison vide ou sa maman ?

 

8- Anne prend en charge l’éducation de son enfant :

Anne allaite son enfant (v.23). Rien d’étonnant à cela, mais elle aurait pu se dire : « Puisque j’ai fait le vœu, avant même sa naissance, de le consacrer à Dieu, eh bien, c’est au serviteur de l’Éternel de se charger de son éducation dès sa petite enfance ». Cette maman a compris que la responsabilité d’instruire un enfant incombe à ses parents. Il est à noter que le mot « allaiter » a la même racine hébraïque que le mot « instruire » dans Proverbes 22.6.

On raconte l’histoire d’une dame qui demande à son pasteur : « À quel âge dois-je commencer à enseigner mon enfant ? »

Le pasteur la questionne : « Quel âge a-t-il ?

-       Trois mois, lui répond-elle.

-       Ehbien, réplique le serviteur de Dieu, vous avez déjà perdu 90 jours ! »

 

Que voit-on dans votre maison ? Une  maman qui chante à côté du berceau, un papa qui « arrose » son enfant par la prière et qui, le soir venu, lui raconte une histoire adaptée à son âge (Psaumes 78.3) ?

L’obéissance d’Anne et d’Elkana entraîne de nombreuses bénédictions. Après avoir conduit son enfant à Silo pour qu’il apprenne à servir l’Éternel, « Anne devint enceinte, et elle enfanta trois fils et deux filles. Et le jeune Samuel grandissait auprès de l’Éternel » (1Samuel 2.21).

 

9- Anne continue d’investir pour son enfant :

Le jeune Samuel continue de servir Dieu (1Samuel 2.18), revêtu d’un éphod de lin. Pendant ce temps, à une vingtaine de kilomètres de là, Anne,sa maman, continue d’investir pour lui. Elle lui confectionne un petit vêtement (1Samuel 2.19), sur lequel va être porté l’éphod de lin, symbole de la prêtrise à cette époque.

Quelle grande leçon pour nous, encore aujourd’hui ! Qu’achetons-nous à nos enfants avec nos revenus? Où sont nos priorités ? Un de mes amis pasteurs disait : « C’est parfois plus facile de s’occuper de la propreté du moteur de sa voiture que de celle du cœur de son enfant ! »

Aujourd’hui, Dieu aimerait voir des papas et des mamans qui, dans leur maison, investissent pour leurs enfants, en vue de leur épanouissement spirituel.

 

Devant un tel exemple, soyons tous encouragés à lever les yeux vers notre Père céleste qui veut nous aider à vivre une vie épanouie et heureuse au milieu de notre famille.

Qu’en toute simplicité chacun puisse voir, dans sa maison, la réalité du Christ en lui !

 

Fin de la deuxième partie.

Jean-Jacques Leprince