Il était couché
Il n'avait pas envie de réagir, aussi ses fils se livraient au mal dans le temple. N'ayons pas peur d'intervenir avec amour, si nous voyons nos enfants prendre un mauvais chemin. En faisant cela, nous sommes dans la volonté et la bénédiction de Dieu.

Les fils d'Eli étaient pervertis (1Sam 2.12-17)
Le manque d'instruction conduit à la perversion. Il faut prier pour la repentance et la conversion des fils qui s'égarent. Ils peuvent changer, Jésus le dit avec la parabole du fils prodigue.

Le laxisme du père Eli devant le péché de ses fils (1Sam 2.22-25)
Cette faiblesse a provoqué la mort de ses fils. Entre la trop grande sévérité et le laxisme, il y a un juste milieu : la fermeté dans l'amour.

L'enfant était roi
La grande faute d'Eli fut d'avoir bouleversé l'ordre des valeurs : il mit en premier les enfants, puis les biens matériels et Dieu après. Servir Dieu était pour lui une source d'enrichissement
(1Sam 2.29)  "D'où vient que tu honores tes fils plus que moi, afin de vous engraisser des prémices de toutes les offrandes…"

Voilà le climat moral et spirituel dans lequel évoluera le jeune enfant Samuel. Nos enfants évoluent dans un monde sans repère, où l'ordre des valeurs est bouleversé. La seule ressource, c'est l'éducation chrétienne que vont donner les parents, leurs prières et l'influence de leur vie spirituelle vécue à la maison, à condition qu'ils le fassent dans la toute première enfance.

ANNE ET ELKANA, DES PARENTS MODELES

Tous deux, des adorateurs fidèles (1Sam 1.3)
La première Bible que lira l'enfant, c'est la vie de ses parents. Les parents doivent être des modèles dans leur foi à la maison, devant les enfants. Tout manquement aura une influence négative sur l'avenir de l'enfant.

Anne, femme de prière et de jeûne (1Sam 1.26-27)
Il faut savoir prier et même jeûner pour les enfants que Dieu nous donne, avant que ne surgissent les problèmes. Aujourd'hui, il existe une association de mères de famille qui prient ensemble, une heure, pour leurs enfants.

Anne, femme de compassion et d'humilité (1Sam 1.13-17)
Humiliée par Eli, elle réagit avec amour, sans critique. La critique est dangereuse devant les enfants et peut ruiner leur vie spirituelle.

Elkana, responsable de toute sa maison (1Sam 1.21)
Il entraînait toute sa maison pour adorer Dieu : il était "chef de famille" mais aussi chef spirituel. Il faut des hommes qui soient aussi des chefs spirituels dans leur maison, qui veillent sur la vie spirituelle de tous les membres de la famille, surtout de celles des enfants.


SAMUEL JUSQU'AU SEVRAGE

Le sevrage avait lieu entre 3 et 5 ans (Psaume 22.10-11). Une influence qui marquera l'enfant pour toute la vie. Les années formatrices qui forment la personnalité de l'enfant, c'est entre la naissance et 6 ans. L'Islam dans certains pays est enseigné entre 3 et 6 ans. Mao commençait l'enseignement de son livre rouge sur le communisme, aux enfants de 2 ans. L'éducation des parents s'exerce à plein dans les premières années et marquera toute la vie de l'enfant. Il est reconnu que les plus grandes meurtrissures de la vie se font entre 2 et 4 ans.

Noter : l'éducation se fait en harmonie entre la mère, le père et le Seigneur
(1Sam 1.22-23) "Anne dit à son mari... Elkana lui dit… Veuille seulement l'Eternel accomplir sa parole."

SAMUEL, PRETE A DIEU

Son premier contact avec la maison de Dieu (1 sam 1. 24)
Amener l'enfant le plus vite possible à la maison de Dieu. La fréquentation de l'église n'est pas négociable.

La découverte du sacrifice  (1 sam 1.24-25)
3 taureaux, un pour le père, un pour la mère et un pour Samuel. L'enfant doit découvrir le sacrifice expiatoire de Jésus le plus tôt possible. Ce qui l'amènera à la repentance et à la notion du péché, et de ses conséquences.

La crainte de Dieu et l'adoration  (1 sam 1.28)
"Ils se prosternèrent là devant l'Eternel". Samuel participe avec ses parents. Se prosterner, c'est mettre son visage contre terre devant Dieu, c'est reconnaître dans l'humilité l'autorité de Dieu sur sa vie.

Il est prêté à Dieu
Ses parents se sentent toujours responsables. Samuel n'est pas abandonné.

Sa mère lui fait une tunique (1 sam 2.18)
Elle avait une grande place pour Dieu, mais aussi pour son enfant ; elle lui montrait concrètement son attachement.

Sa croissance se faisait auprès de Dieu  (1 sam 2.21)
Faites grandir vos enfants dans un environnement spirituel : école du dimanche, lectures bibliques ou profanes mais propres, centre de vacances chrétien, etc. Auprès de qui grandissent vos enfants ? Attention à la télé, aux BD, aux mauvaises lectures, aux mauvaises fréquentations. Les mauvaises fréquentations peuvent corrompre votre enfant.

 

COMMENT DIEU LUI PARLE ?

Ou les manquements de l'instruction d'Eli, le sacrificateur.

 Pourquoi Dieu l'a appelé plusieurs fois ? Samuel ne savait pas que :

1. Dieu était présent dans ce lieu.

2. Dieu s'intéressait même à un enfant et qu'il avait un plan pour sa vie.

3. Dieu parlait même à un enfant.

4. Quand Dieu parle, il faut lui répondre.

5. Il faut être prêt à servir Dieu.

6. Même un enfant peut être utile à Dieu.
Eli le lui a appris, durant cette nuit. Ce n'est pas à Dieu de faire l'instruction de nos enfants. Mais c'est aux parents, aux responsables spirituels, aux pasteurs.

L'enfant ne peut pas imaginer ce que Dieu attend de lui. Dieu n'ira jamais plus loin que l'instruction que nous donnons à l'enfant.
Il faut instruire l'enfant, et c'est surtout aux parents de le faire  (Proverbes 1.8)

En le corrigeant, il faut l'instruire selon le Seigneur, c'est-à-dire selon la Parole de Dieu. La correction ne doit pas être seulement punitive, mais aussi instructive  (Ephésiens 6.4)

LA CROISSANCE DE SAMUEL

1. (1Sam 2.21) "Samuel grandissait auprès de l'Eternel"

2. (1Sam 2.26) "Samuel continuait à grandir, il était agréable à Dieu et aux hommes"

3. (1Sam 3.1) "Samuel était au service de l'Eternel"

4. (1Sam 3.19) "Samuel grandissait, l'Eternel était avec lui, et il ne laissa tomber à terre aucune de ses paroles"

5. (1Sam 3.21) "L'Eternel se révélait à Samuel par la Parole de l'Eternel"
Notez la progression : d'abord la présence de Dieu, puis le témoignage agréable, le service pour Dieu, ensuite l'obéissance à la Parole de Dieu.

CONCLUSION

Apprendre à prier, faire prier l'enfant chaque jour, prier pour lui, n'est pas suffisant. Il faut l'instruire par l'exemple et par la parole : "Instruis l'enfant…" L'enfant est comme de l'argile : souple, malléable pendant un temps, l'argile finit par se durcir. Alors, profitez de ce que l'enfant est souple et malléable, instruisez-le le plus vite possible dans son plus jeune âge. Votre enseignement restera gravé pour la vie.

L'influence de la famille fut déterminante pour l'avenir et le bonheur des enfants.

 

Edouard Kowalski

Source : TopChretien.com