Tag - Prière

samedi 25 janvier 2014

La prière produit du changement (Claudine Ettori)

Pourquoi prions-nous ? Pour être entendus de notre Père céleste et pour que les choses et les êtres changent ici-bas, par la grâce de Dieu. Mais, nous attendons-nous toujours à l'intervention divine après avoir prié ?

... Si nous demandons quelque chose qui est conforme à sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu’il nous écoute,
nous savons aussi que l’objet de nos demandes nous est acquis.

1Jean 5.14-15

Si les conditions sont remplies, la prière a un réel impact, principalement dans quatre directions.

Changement personnel (1Samuel 1.1-18)
Anne vit un drame, elle est mariée mais n'a pas d'enfant car Dieu l'a rendue stérile. À l'époque, cela constitue un véritable déshonneur. Sa douleur est accentuée par l'attitude odieuse de Peninna qui cherche à l'irriter contre Dieu (
6). Jusqu'au jour où, exaspérée après tant d'années de souffrance (7), elle répand vraiment son âme devant Dieu (10-12). La situation n'a pas encore changé, sa rivale est toujours la même, mais Anne est différente, son visage en témoigne (18).
Certaines situations permises par Dieu dans nos vies peuvent parfois nous laisser perplexes. Nous nous
attendons à un changement... chez les autres ! Mais c'est avant tout une affaire entre Dieu et nous. Laissons-le faire un miracle dans notre cœur. 

Lire la suite...





mardi 3 décembre 2013

Le crie du coeur (Jean-Jacques Leprince)

« Leur cœur crie vers le Seigneur » (Lamentations 2.18)
 
La prière pour les enfants de nos classes bibliques n’est pas une option mais un devoir vital. Elle ne devrait pas être négligée et reléguée à la seconde voir à la troisième place. C'est notre privilège et notre responsabilité que de prier pour eux. Si nous ne trouvons pas le temps de le faire, il serait bon de revoir nos priorités.

La prière devrait être notre première démarche, pas la dernière. 

Lire la suite...





lundi 11 novembre 2013

Je crie à Dieu (Jean-Jacques Leprince)

 Hand-to-sky-TFT.jpg« Et moi, je crie à Dieu, et l’Éternel me sauvera.

Le soir, le matin, et à midi, je soupire et je gémis, Et il entendra ma voix.» (Psaume 55.17-18).

Le roi David ainsi que le prophète Daniel, fréquentaient le lieu secret de la prière. Chacun, malgré sa fonction -l’un était roi en Israël et l’autre premier ministre à Babylone (Daniel 6.10)- s’y adonnait trois fois par jour. Tous deux avaient appris à bien gérer leur temps pour être en communion avec Dieu, à trois reprises dans la journée. Ils connaissaient, par expérience, l’importance de ce rendez-vous divin, au quotidien.

Qu’en est-il pour chacun d’entre-nous ?

Lire la suite...





lundi 1 avril 2013

Des parents modèles : ceux de Samuel (Edouard Kowalski)

Samuel est remarquable par sa foi ferme dans un entourage peu encourageant. Il avait des parents exemplaires. Le sacrificateur Eli avait un comportement de père lamentable.

DES TEMPS DIFFICILES

La Parole de Dieu était rare en ce temps-là (1Sam 3.1)
Quand la Parole de Dieu est rare, l'enfant n'a pas de repère. L'enfant a besoin de la Parole, dès son jeune âge.

Les visions n'étaient pas fréquentes
Il faut avoir la vision des temps dans lesquels vivent les enfants. Avoir la vision de ce que Dieu attend de nous concernant les enfants.

Eli avait les yeux troubles (1 sam 3.2)
Il n'était pas dans le coup. Il ne voyait pas le mal qui se passait autour de lui, ni la valeur d'Anne et de son fils. Il ne voyait pas la perdition de ses propres fils, et ce fut un drame.

Lire la suite...





mercredi 30 janvier 2013

Que voit-on dans ta maison ? - 1ère Partie (Jean-Jacques Leprince)

La maison d’Elkana (Ière partie)

« Qu’ont-ils vu dans ta maison ? »(2 Rois 20 : 15). C’est la question posée par le prophète Ésaïe au roi Ézéchias.

Au-delà de ce récit où Dieu met à l’épreuve le roi de Juda (2 Chroniques 32.31), il y a un enseignement très important pour chacun d’entre nous. En effet, cette même demande peut nous être posée : « Que voit-on dans ta maison ? »

Pour vous aider à répondre à cette question, visitons aujourd’hui la maison d’Elkana (1 Samuel 1).

Nous y découvrons une situation douloureuse : Anne, la femme d’Elkana est stérile. En Israël à cette époque, une femme stérile était considérée comme une désapprobation de Dieu. Peninna, la seconde femme d’Elkana a des enfants, et au milieu des siens, prodigue à Anne des mortifications pour l’irriter (1 Sam. 1.6). Quelle ambiance! Néanmoins, dans cette maison, nous voyons deux personnes pratiquant la piété malgré un environnement difficile. Qu’apprenons-nous d’elles ?

Lire la suite...