Salomon nous instruit sur un jardin laissé à l'abandon : " j'ai passé près du champ d'un paresseux, et près de la vigne d'un homme dépourvu de sens ; et voici, les épines y croissaient partout, les ronces en couvraient la face... J'ai regardé attentivement, et j'ai tiré instruction de ce que j'ai vu. Un peu de sommeil, un peu d'assoupissement, un peu croiser les mains pour dormir ... Et la pauvreté te surprendra " (proverbes 24/30-34).
Le jardin, c'est notre cœur spirituel, et l'été est un réel danger pour lui car c'est le temps du relâchement, de l'oisiveté, de la paresse ou des tentations de toutes sortes. Nous pouvons laisser notre jardin quelques temps à l'abandon, mais quel jardinier insensé peut penser qu'il le retrouvera comme il l'a laissé avant son départ ? Il en est de même pour notre cœur : le risque est grand pour que la pauvreté spirituelle nous surprenne, pour que la disette vienne sur nous.
Ne faudrait-il pas prendre à revers notre nature humaine en prenant des décisions concrètes pour cet été : mettre à profit notre plus grande disponibilité pour passer plus de temps dans l'intimité du Maître, à son écoute, -offrir une partie de nos congés à son service, dans notre maison, notre quartier, notre église ou dans une œuvre comme la mission ou le travail parmi les enfants ,
La perspective de l'été qui approche nous réjouit tous, mais elle doit amener chacun d'entre nous à "veiller sur son cœur" et à s'interroger sur ce que nous allons faire pour entretenir ce jardin spirituel !