On raconte l’histoire de plusieurs pasteurs qui discutent entre eux de la meilleure traduction de la Bible.  L’un aime particulièrement telle version parce que son langage est simple et clair. Un autre préfère une édition plus érudite parce que fidèle aux textes originaux. Un troisième affectionne tout particulièrement la dernière traduction révisée d’un grand professeur de théologie. Alors que chacun argumente son choix, un quatrième pasteur, resté silencieux jusqu’à ce moment, s’écrie : « Je comprends très bien vos préférences et je les respecte, mais laissez-moi vous dire, que pour moi la meilleure traduction de la Bible, c’est celle de ma mère ! » Face à ses collègues surpris d’apprendre que sa mère avait traduit la Bible, il explique :